HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 50

JPEG (Deze pagina), 896.61 KB

TIFF (Deze pagina), 7.77 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

i` ‘jYTF`TIT?'?'TEjC"Y»ï'T§(ST;’T`ïï.ï~»ï­_­Li;·Q·..­J·V» »­•. a ­ .« Z1 ( T1. I·tqT_»«~·~«-lx? 1¤.•~,Tvv~­;•x r•»•·J¤<= ¥·~·v )•r~•»T•p·•r«-·<-wvvrï Tf T vj7••V=¤·v~,·»y­­‘w- ·F­~ir··-t~ïrv vv ïTii·r: ‘.*···"a‘ rw L Tg*j lj, Tv_’1r’i··l·,v"·*
.1 ‘ï·‘ K ll 1 ` E ‘ ` %’``
._ I_rl nav gl _ _
Q ulll,1
1 ~l r<_ 1 I j,’
. Q l ;' J
1 Z gl $_ T
I 1 iii 8 ‘ 1
·l l fl
er 1 ll ei p 1
l wi F
[ r:1­ ·
., p1` i ' i
,A jïfïtgi; 111. 5
2 j, E · [ J.,
L l `
E rx- 1 1* 1
· . `· ( .,'
1_ ,1 IMPRESSIONS SUR NOTRE CONTACT AVEC LA 1
* lïl<i.­ `='
1, wel POPULATION CIVILE DANS LE VOISINAGE DU FRONT
F 1 `` Ii .
A l E { J
l r Après de longs sejours et de sanglants combats sur la ligne du
1 y- _1 _ feu, le commandement se decida a nous ramener a larriere our un ¥
lei 'tl r `=
g‘?~_.1ê[j 'C moment de repit. La, les elements indigenes qui venaient daccomplir [F
lil 1 ; A ,· _ , 1;
· 1 jy · de durs devoirs en laissant, comme les autres troupes, bon nombre des E
leurs sur le terrain, lieritèrent encore, comme cantonnements de repos, l
V ' " . . 1 1 . "
· ; § E { de vieilles masures, de liangars ouverts a tous les vents, d’ecur1es ou ;
'. / . . 1
Q 11 de caves malsaines pour laisser la bonne place aux autres << freres .
` . Z l « , . . . . . 1 . .»
Y . d`armes >>. Ce n'eta1t point de la faute de la population civile, c’eta1t
__l ‘ l‘ordre donne par le commandement. C’etait ainsi que nous prenions
J I , _ _
1.:’_ gl · nos moments de repos au contact de la population de France qui ;
g W .1 avoisine le front. F.
(1 l ,i1 · lous les Francais ne se ressemblent pas, disart La Palice, et sil 1 .1
ëë ‘ [ y avait un choix ii. faire entre les Français de France et ceux d`Algerie, E
g i notre preference irait volontiers 2`LUX premiers, parce que auprès de
·1=‘ . l ’ 1 1 1 1 . . 1
j. § V ceux-la, les musulmans trouvent generalement un accueil moins gonfle 1.
5* 1` ·‘·· · . -1
· de Vorgueil que les seconds attectent devant nous dans tous leurs gestes. 1
l j -{ïï.:1 5 Malheureusement, tant que notre vie secoulera au milieu de nos »_ .
$1 · H, . . . ,­ ,
T) {Q chefs, la guigne nous poursuivra partout. Pendant nos seiours au gg
Fré milieu de la population civile de France, nos cadres ont eu encore a E
5 it N . . 1 . . .
=r«.l.a,£e faire des moulinets avec leur matraque et a vider sur les tirailleurs le ëz
" j vocabulaire des invectives.
Les vins de France ont parfois excite le cerveau des habitants, gz.
et nos chefs ont tenu à montrer aux jzzzrscs avec quelle vigueur ils
‘­ gw . ‘ * ·.
g Q ; entendent conduire les << africains >>. rv
é' Quelques civils ont blame ouvertement, il est vrai, la conduite
·ï. ‘ . . . , 1
lll.’.'g il de quelques adjudants et sergents-rnajors surtout a l`egard de leurs
§`.[ .` 1 hommes· mais les cazzïzazkseurs ont tou`ours la lancrue habile a effacer
£· fl · ' . . ‘ . .. , ° . , T;
El ·”· chez leurs concito ens les sivnes de la sensibilite. Ils ont ex li ue aux -
Pl ,·: " ‘ D F
QT, { i “ eivils que l`Arabe est dur a conduire; qu`il est plein de vices et que ëj
feb fl; lä ; l'
tell lle 1`
=x· V3 ·; 2 9
ir g 1 Q .
W ç E
V ll V
l JP;. E E
A 12. ii 4 `; I · t _y
x ' ` L 1 __ _. . Y ...... .-. ..L­ F.`:£.,‘J·’ï€"7°"‘**""‘ï’·‘”""""`" Y ; h
··* 1 · 1 ·» .. » 1 · 1-