HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 48

JPEG (Deze pagina), 0.99 MB

TIFF (Deze pagina), 7.76 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

'```' """`T"""'""‘~" " `"' " _ _ ., . V i; i
! gl. °$#· i fl i;
­l `ïiàl ?‘ E
flf H’¥à.; ·- 46 -
ls t
f`* fs <« Pour la première question, celle relative aux` prêtres,
4 Sil l' neus en arrivons a nous demander si celui qui se nomme El
lladj Abdallah est bien un musulman. Nous en doutons, car
al s`il etait un veritable diseiple du prophète Mahomet, il saurait ï
fr »_l‘,`=# que le culte musulman ne comporte pas de prêtre. Le musul~
1,;, man peut, partout ou il se trouve, satisfaire seul à la pleni-
A. il tude de ses devoirs envers la divinite»>.
l § s~·~; fl (in remarquera que je n’avais nullement parle de pourvoir notre
culte de prêtrcs en toque, mais seulement d’linams, de Muphtis ou de
ä, f quelques Thalebs pour la psalniodie des preceptes au chevet de quel­
i TT ques­uns de nos coreligionnaires que la mort a fauches ou qui sont sur 3
i 77 { le point de rendre le dernier soupir. C`eüt ete une precaution d`un grand
{ · (q=i interêt aussi bien pour la satisfaction que pour la stimulation des com- «
V battants que les evenements ont entraines hors de leur pays natal.
· lit au lieu de reconnaïtre le bien-fonde de ces observations; au lieu de
lf dire que ee service si important pour un peuple rcligieux n'a pas ete ‘
i prevu; au lieu de reconnaitre enfin franchement les <«gaffes>> commises, r
f les auteurs de la << Replique >> ont prefere encore une fois masquer les
i ; r·1`ct·.v cn parlant insidieusement de j))’(;Zf7’é’.Y que personne n`a reclames.
ll ont eu même le toupet d`ajouter ee passage theologique insipide:
jr pl if « Le musulman, peut, partout il se trouve, satisfaire seul fi la plenitude
l l de ses devoirs envers la divinitev
Dans une autre fuite trop subtile, les auteurs de la <« Replique >>
" ° ont termine leur paragraphe en ces termes: << Cependant le gouverne-
ment, soucieux de donner auxfsoldats musulmans une preuve de la
{ gj sollicitude dont il les entoure, a mis aupres d`eux, partout ou le besoin
i, s'en faisait sentir, des lmams qui sont charges de presider les prières ;4
ej >_f en commun, conseiller les soldats indigènes sur la laçon dont ils doivent ?
={ pratiquer leur religion, les reconforter, et veiller ai ce que les inhumations
Q ty lsfi soient << faites conformement aux rites. >>
_ (lette fois ee sont des detours qui trahissent chez les auteurs de
3 la « Replique - la connaissance de ce que j’avais ecrit au sujet de notre
culte, et si les soins religieux dont ils parlent existent reellement
gi èl aujourd`hui, ils n`aur0nt été realises que d‘apres les arguments que
wi j`avais fait valoir dans la première brochure.
gl Or, à quelle epoque le << gouvernement soucieux de donner aux
J; soldats musulmans une preuve de la sollicitude dont il les entoure »
li ëgál a-t­il donc pris Vinitiative de << mettre auprès d`eux des Imams pour
4;) presider des prières, pour les conseiller et pour veiller it ce que les
inhumations soient faites conformement aux rites? >>
i. l:Ist­ce avant la construction de la mosquee de Berlin ou après la l
ël lj publication de ma brochure?
ik JF Ti i

el
'il X {
f gt
»‘ ‘ · · ·' '· , f` _ ’ 5 ` T. "T ‘ "­‘ ' ' ’ï""`?"T*"`”?"""""”"";""""""`”"" `"` T » " S"` V
nl i"" '"' " `’‘· nl