HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 46

JPEG (Deze pagina), 969.78 KB

TIFF (Deze pagina), 7.76 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

·l ;‘jiê.g r '
. t · r . i
I, 1, _ l i .
l`· `fxï ¥ '
,f tt Peut­on admettre qu`unc troupe dans laquelle on n’a qu’une
l_ ,., confiance limitee soit employee comme troupe de choc? ¤ 'Q
5 W in
* l Y . Re onse : Si le tacticien 7t7l’(lVllZ{l/I de la tt Re li ue >> avait 1
’ l ’ J z
Jé tg" essaye une fois cl aller visiter ­- en compagnie de Mokrani et lxatrandii ­-
' ’ " ä ··.· , ., . . ` . . ï
t ;«~ , ­, * une premiere ligne dans un secteur, ils auraient pu apprendre cccx, pour
F ° { i nl l`expliqu·er à ses compagnons lmams de nouvelle creation ; c`est que
‘ lu cette ligne, dans un service de station ou dans une perspective de choc,
« gc ­»-. _. g, ne constitue nullement un pasta dc £`0l{/Z`(I/lL`(’, mais seulement un element
/’ · LT de l’€IlZZ.l3l’ c011L‘acz‘ zzzwc /IC/ZIIU/Ill'. En outre ils auraient constate ue `-
R L., ·, ’ :,
i. lg cet element est appuve a l`arrière par d’autres fractions qui guettent »
« al ~; . . ' . . · . I
-_ I, , avec leur materiel, et gerieralement au repos, dans les lZb7"ZS qui g
¥ l · ii . . ­ . .. 3
,g ; _/~ eg offrent un certain 0021/0rz* que 12 mz! pas Zes acczzjbazzis de la prëvzzeru i
"` l ‘ " ` · ­ . .
;q w§W· /Zg/lt? Par contre, on prolonge le sejour de ceux-ci au dela de toute {
i raison, parce qu`en fait d"«zórz`x, ils n`ont que des trous malsains et jj
[lj qu`en fait de vêtements, ils n`ont ­­ pour la plupart -­ que des effets
gp ,, é[ de toile, car les effets de drap ayant ete juges une charge lourde et ïï
P ?’ .· A . . , . .
_ fp Uenante, il a ete ordonne endant de longs ITIOIS de Vabandonner ou
r 2 , `O ’ ° ’ ~,
M de la verser, atm de donner aux tirailleurs une liberte plus souple i,
§ dans les mouvements, sans se préoccuper des intemperies. Avez-vous
, ·, § '§> $‘ compris cette fois, M. l’lnterprète?... Au surplus, je dois faire remarquer li
·l i r R` ' ,, , ` . . , ., Q
; , M que Clans une troupe dont on na Q1/L1/[ZL) 00/7/lllllöë Zzmztcaï, la premiere r
" , l ‘ r . . ` . ­ . ,
f l ,.,; ligne constitue dans ce cas un excellent motif pour l`offr1r a cette ;._
j=s l q, troupe‘), celle-ci, en effet, s`y trouvera coincée entre deux feux : en F
,. l _. :~;`____. . , . r , . t
' * l° g avant, cest lennemi dont elle ne connait ni la langue ni les couleurs; yg
V E en arrière, ce sont les _gz¢¢·Zz‘czwcs‘ et leur materiel.
l ff • * «
1.,, g l H
[ 5 l 7
*~ · · 1 4; M _ .
9 -, I . Les emplacements de combats en premiere ligne auxquels je {
· viens de faire allusion dans la. reponse ci­dessus, sont ceux-la mêmes lj
{< ‘€ · · . _ 1 .
Tl pl qui sont d’un usage frequent sinon permanent pour les combattants V
ll J N musulmans ` °
TV lf; ‘ . ­, , li
;;‘.;,u, ]’ai eu deja loccasion de dire que mes coreligionnaires ne se te
'° · _ _ ` lä
·· _,, ­) ‘ , plaignent nullement du danger ou du fait de se retrouver plus souvent er
<>» `· · ~;# ., . . , . s
qu a leur tour sur la ligne de premier contact avec lennemi. Ce ti
gg; il 4 serait une humiliation pouijun musulman que de vouloir contenir sa
passionY guerriere dans des parages eloignes du danger.
xii gägä gg Nous nous plaignons de cette guerre qui nous est faite en sour- r
Liï l = . . z;
ä lig`-; dine dans nos relations avec nos chefs. gx
L4; ei li
gg" ·l` l il): -·~·­- ·
,[r.`l',(f *) (Fest le ons t ui interesse les tirailleurs zil_ eri«+ns_ *
,, l _( l g
êï till
,r= tai
* '
-5ï xd
`, iálff ll! ·
f ,;r ·
y ïï;ï;,i `,., , . i V .e , . .. ,. i t . te H ,.., . . ,_,,e`.,, .1., t,._,,, c, ,.Tc,, M,ec_,_r;_______;M,:I_,_,c · r
,,,:; { V ,4__, _ ____ . , ,, _, M « .e,; er ~ ~ e v » "“‘ ‘ -
c` "