HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 45

JPEG (Deze pagina), 860.25 KB

TIFF (Deze pagina), 7.75 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

tl tf

url; 2
M`?
­ Ti
f­ 43 ­­ gi
­ 9
ounes E F *
d ou 2 ,
l; `.
ts de
tiples ë ‘
f H- til ‘
S fre
e les _« zr
F lieu T SUR LA LIGNE DE FEL] i
; une G
~s de .
z sur ll ne iaut pas croire que le loyalisme et l`entrain dont les Ag
Alle- jl musulmans ont fait la preuve dans le service obligatoire ont apporté
une note meilleure dans les relations franco-indigènes sur le champ de
bataille. Les cadres - généralement attirós dans les troupes indigenes
par Vappêtt de galons et autres accessoires it soutirer sur le dos de ig
t mercenaires ne voudraient pas voir en elles un indice de redressement ”
moral que leur donnerait le payement de Vimpot de sang. Ces chefs
il se sont toujours opposès au service obligatoire des indigenes, et Ceuta
T des musulmans que le gouvernement a du appeler a la caserne au
Lg, titre de la conscription, ne se distinguent en rien - on le sait deja
ï’· au milieu des autres volontaires par le fait que ce gouvernement, a la
V ‘ suite de je ne sais quelle falsiiïcation qu`il a ajoutee aux statuts de la `ïij
conscription, donne, comme on lc sait également, une prime en argent `fpr
lgg aux al/>p@lt·'s, afin d’ètendre· le servilisme dans tous les rangs indigènes.
Les appeles ont souvent proteste contre les primes qu'on veut leur
donner mais il n`v a rien a faire : il faut être de la couleur de tous
A l ‘ alg
les zzas! (jest une grande satisfaction pour nos chefs : pas detiquette gif
.5 patriotique -- on vous traite de traitre a sa patrie adoptive! - et on
fera des bronzés ce qu`on voudra. Sur la ligne de feu, les troupes lëèe;
; indigènes hèritent de charges et d`emplacements au bon gro des
diriveants, et cela sans è ards Jour les revlements militaires rui tiëi
1, ¤ l ¤ W
prescrivent cependant avec sagesse les devoirs de tous.
]`ai, a ce propos, une petite réponse ai faire aux auteurs de la
Q << Vérité >> qui, à la page go de leur réplique, m`ont reproche fastueu~
sement un certain passage dans ma première brochure :
<< Si l’auteur ­- ont­ils écrit ---- avait pris la precaution de relire jg
.. . . .... . . . ïtï,
gg Ce qu 1l a ecrit au cliapitre III, il aurait constate qu’il est maintenant
en contradiction avec lui­même.
. . . "
<< Il reprochait au commandement français de n accorder aucune
coniïance aux troupes indigénes de l’Afrique du Nord, et maintenant il
Qi dit que ce même commandement les place toujours en premiere ligne, iii;
soit en rase campagne, soit dans les tranchées. jl




5 l`
`M4 _' ça iiï ï*§‘ï* "’ i·¤~« ;T£`·~_ ZY«YS£Zu`;LlL;ï.",­YQfrlïïwQï裏‘{;J;L.£`%‘ r
“‘ ­· " , __. ‘,:•=·«»­.·u f V _ {_ U { MJ"