HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 32

JPEG (Deze pagina), 969.19 KB

TIFF (Deze pagina), 7.78 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

al 1
4 ï
&_’ jj
· ï· ir
5 ~­ 30 ­
Et puis, ce sont toujours les mêmes têtes de chefs que l`on voit.
gi Un grand nombre d‘ofFxciers et de s0us­ofiïciers y servent pendant toute
, leur carricrre: 30 ou 15 ans. Ceux­la ont le privilege du mérite et
i le commandant voit en eux des serviteurs exemplaires. On entend dire: `
L NI. le capitaine un tel ou Vadjudant tel autre, sont très anciens dans
j ‘ *j les corps indigènes et par cela corinaissent ii fond la mentalitè de l`Arabe. X
ll y a certainement quelques rares... trèsrares bonnes ämes; mais moi, Qi
’ · . . . . . . ‘ . , ii
j je pretends que le mal qui atteint les troupiers indigenes provient pre- j
E; cisement de ces vieux mythes qu on laisse droguer pendant de longues ;
années chez les militaires indigènes, sans se rendre compte des méfaits
qui en résultent de leur part.
gi _ En fait de connaissances indigènes qu`ont-ils appris, ces messieurs?
Q Pourrait­on etablir une proportion quelconque de ces anciens qui, Iv
Li apres 15 ou go années de service consécutives passees au milieu de j l
troupes indigènes, prennent leur retraite apres n’avoir appris que I5 rg
’g` ou go mots de langue arabe? Est­ce avec un vocabulaire composé de
30 mots - un mot par an ~ qu'ils en arrivent à connaitre l`Arabe et
sa mentalité? Profonde erreur. Le cadre francais et leurs anciens nc *
se donnent pas la peine de connaitre la mentalité dans son juste milieu,
ni d`apprendre le langage des vaincus. lls nous le disent tout haut!
; .` tit puis, ii quoi cela leur servirait­t­il? nous ont-ils objecté maintes
_ fois. Les tIlI(,`Z·{’/?.` sont les guides mêmes de la conduite it tenir à l`égard °
, des :2zs. Ces anciens ont toujours suivi avec succes les cours jl/’lIl(Z?7lL’S gj
‘ L des administrateurs, des bureaux arabes, des commissaires de police et
f jï. de la gendarmerie. Les bureaux de Vindigenat ne sont pas bien loin
des casernes indigènes. Ce qui se passe la sert d’exemples ailleurs. On
s`y ecarte systématiquement des prescriptions reglementaires de la dis-
gi lt cipline militaire qui disent :
j j, << Si la discipline doit être ferme, il faut qu`elle soit en même
.=1' temps paternelle. Tout motif étranger au service, tout geste ou propos
outrageants de la part d‘un superieur a l`égard d‘un inférieur sont séve­
rement interdits. Les membres de la hierarchie militaire doivent traiter
leurs inferieurs avec bonté et être pour eux des guides bienveillants,
etc., etc. ~
j ül Les cadres trouvent que c'est absurde de vouloir appliquer une
pareille tendresse a des gens qui ne la comprennent pas.
Et c`est· ainsi qu'il règne en permanence un esprit hostile mani-
tr") festement entretenu par ces << vieux connaisseurs» qui s`imposent à leurs
ëïï jeunes camarades par cette ancienneté souvent bourrée de prétentions
intruses. R
Dès qu`un officier arrive nouvellement dans un C01‘pS ifldigèmê, Ill 1
f `.l Fi;
rif
il « J