HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 21

JPEG (Deze pagina), 976.33 KB

TIFF (Deze pagina), 7.77 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

V l . ‘ p ‘ · ­ ` Y ` · _· · ` ` ’``'' ' ''’' ""”""`”"7·· '``‘ ig
J i
s - 19 - 2
. Par acomptes successifs, les statuts qui régissent Vétat des mili­
taires indigènes ont subi de gravcs modihcations d’ordre moral et mate-
riel : suppression du tiers des gradés indigènes; diminution de la solde,
des retraites; suppression de la << Campagne d'Afrique>> qui rapportait
un certain bènéflce dans les retraites et, par dessus tout, raccorcl d’un
f programme militaire indigène avec l'esprit des principes de colonisation g
que la France entend imposer a tous les sujets sous sa domination. tp
()n voit d'ici si les principes de lindigénat peuvent éclairer eeft]-
cacement>> messieurs ies chefs des casernes musulmanes ! L
Pour arriver aux bonnes fins de Vaccord des (lI¢`Zl.`,' j11·0g1·«z11z1z1z·.x·, i
M. G. Clèmenceau -- alors president du cabinet-- dcicréta les fameuscs I
präsémzres que les officiers français eux­mêmes ne trouvèrent pas de . (
LQ bon goiïit plus tard E ‘
En vertu de ces préseances, le general en chef commandant les
forces de terre et de mer de l`.·frique du Nord, n`aura desormais le
droit de saluer M. le gouverneur general de l`.~lgórie, dans une tere-
monie officielle, que derriere le secrétaire du gouvernement de l'.·lgérie! f
Et la courbette humiliante - dis /li'l7lH·//·/ZIZYU parce que _j'ai entendu i
ce mot de la bouche des ofiiciers fran<;ais mêmes - atteindra ainsi 3
· tous les échelons de la hiérarcliie militaire de la colonie qui, a legard
des fonctionnaires civils d`un grade eorrespondaut, doivent les premiers l
le salut militaire dans toute sou attitude. lïxemple ; lln capitaine décoró
doit joindre les talons et porter lu main au lcépi au passage de M. :
Vadministrateur. Les militaires incligcnes, bien entendu, sont assujettis l
aux mêmes obligations. ("est même pour rehausser le prestige des
‘ «m’mz'zzz`sz‘¢·u1feu¢·s aux _vwz.r des Il/ll{ZlQ'¢"lZ£'S qu`on a decréte ces mesures.
Qui commande alors dans les casernes indigenes? Sont-ce les officiers
Q; français ou les administratcurs ? Les uns et les autres. ll s`agit de réunir ' 1
les deux programmes (civil et militaire) dans les rnêmes vues de l'in~
­4 digénat.
Les colonels des régiments de tirailleurs et de spahis donnent des
< instructions >> pour manier la discipline des indigcnes -- en dehors
du code militaire proprement dit - de telle sorte que ces derniers -
doivent servir la patrie française en accomplissant tous les devoirs,
mais sans en revendiquer les droits. q
Des sections dites de << discipline >~ ont ete crërees dans les lointains {
coniins du desert; on y envoie surtout ceux des militaires musulmans
que la civilisation a munis d`un petit bagage de français, parce qu`on A fl
ig les trouve gênants au milieu des montagnards auxquels ils peuvent rl.p
Y donner << quelques mauvais eonseils>>. ("est Vindigénat fondu dans ses
deux branches, et les indigenes qu`on appelle au service obligatoire ou
ceux qui viennent s`y engager volontairement, ne font qu`échanger le

i ä * ê