HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 20

JPEG (Deze pagina), 810.43 KB

TIFF (Deze pagina), 7.77 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

l afl V
_i V ­ 18 -- ‘ ,
rv g
irl
il l ri
l` l el
M l If
h` l
l , q i ii. ä
r· . 1 ‘
PV vi
. ·%’ , i
LES MAUVAIS CGTES DE IJORGANISATION
DES TROUPES INDIGENES ä
i . A :’
··‘l ëf
W _
s
, . ï
W f Le passé. -- Le présent. - La conscription. -­~ Les brlmacles dont souffrent ïk
l les lettrés. jj
X i . . . . . .
lg? Ce u est pas que ladministration française ne sache pas doter les
Arabes de quelques << trucs ~‘ de son genie Colonial très inventif, au
.:-3 . . `
?‘;_l contraire. Les boris moyens emploves par la douce France sont tous
i i M . . . . l ' iw
nu detriment des indigencs.
·t · M st, ` ­ . i è .
fil Les lurcs de behastopol, de bollérmo, de ban Lorenzo, de 1870,
l , ont ete coriduits sur le cham de hataille Jar des chefs animés alors
i de chevaleresques sentiments et chez lesquels il n`entrait autre chose
, ll que l`amour du métier qu`ils partageaient dans une saine confra-
ternité d`armes avec les Arahes, en prenant pour eux un poids égal de Fi
peine et de gloire. l?
’ li ­ . , .
wi Les lieaux ours et:-int asses, avec eux dis zirurent les nobles i
, 5 l ,
t ii i decrets Lui avaient su si bien ca ter les sentiments des musulmans Jour E
,,4 l l X
`· • les umener ii combzittre eote à cote avec les lerzmcais.
.v 1 {
Napoleon Ill, reconnziissant le mèrite de ceux qui s`étaient dis-
_gzl tingues sur divers ehamps de bataille pour la gloire de la France, lança Q
uu jour en pleirie assemblee, ee mot magriiüque : << Si je suis empereur
' l des Français, je suis encore eelui des Arabes l >>
l Les lirziilleurs de ln)14 sont conduits pur des chefs les bons ont
l· ete corromius mr les mauvais - rui, aveuvles au merite, ne recon-
p K l l b ,,4;
i . uuissent dans Parmèe indi<>·ène ue les calomnies cue l’on iro xt e dans is
l ‘l C l
i les feuilles de liziine entretenues sous le haut Jzitronave de ceux­là E;
.» ; D vt
lïäj même chez qui les musulmuus crovziient trouver un uppui ; les colous- E
· ' is
E députès de l'Algérie l F
l C'est Ie rebours du lion sens que de vouloir développcr la colo- g
L, . .. . . . . ' E
il nisritiou et, en meme temps, d etemdre progressivemeut les choses mdi-
‘ gènes ! K

§g<2·
ïè
iw fT°""`Y` `€"*’="?’¤J*§ïjZZ’TIT'"ïZTIiZïYZZïïT.IlT.,Z`§.TI.T 'CjI”'ï"` `i ,§."’ Q*.1"?"‘_f""?r""‘·%j_f?·‘¥EF‘~;¥·­­~­-­­-*£"ï7'”-?_­J?' .;_ Q- "“'ïfQQTf;""“" ’``’ f"""" "'.i.....,."""`.",'*"ïI"‘_`*;`*"'i¢T;;'Z"TT¥`*" ' ifj "