HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 18

JPEG (Deze pagina), 0.97 MB

TIFF (Deze pagina), 7.79 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

ali t
· * Ci
les lois organiques qui lient l`lslam à l`armée française. lndépendam­
g? mant des avantages pécuniaires qui ont été réduits à une base infime, T
, les eadres indigènes ont subi des modiücations non moins malheureuses, J
{vii Le plus haut grade auquel peut arriver un rnusulman est on le sait f`
celui de lieutenant. Des deux officiers indigènes qui existaient aupa­ :·.
L ravant dans chaque compagllic Ou €SCaCll‘0¤, il n`y en a plus qu`un f
seul auiourd`hui et ceux qui tombent au front sont remplacés par des ·V
européens. Le métier des autres gradés indigènes est insupportable. l_
Y gi Ceux qui voient de loin la situation riante, doivent s`en approcher pour . V.
·-sf ;_ en eonstater les inconvénients. C`est ce qui sera développé dans cette li
? deuxicine édition.
i ç Un me permettra d`introduire dans le présent document quelques ”
passages de politique indigène parce que, marcliant de pair avec les
F if , bases de recrutement, ils me seront d`unc grande utilité et donneront gl.;
ii une idée nette de la situation que je retrace. ·
()n a invoqué dans la << Replique fi des mensonges >~ des procla­
matious snuveraines attestant Vattachement des Arabes algériens. ]`avais
indiquè moi­même dans la première brochure le premier elan du loy;i­
‘ lisme indigène ii l`égard de la France. ll s`agit de connaïtre mainte­
’ nant Vesprit de ceux qui ne sont pas loyaux a notre égard.
fl Après tout, que viennent faire dans une affaire embourbée d'abus
les proclamations de S. M. le Sultan Moulay Youssef et de S. A. le
al Bey de Tunis P _
Quel role ces deux monarques jouent-ils dans l`armée française?
i .i Le gouvernement français les a­t-il seulement flattés par un titre P
jl militaire honoraire à la tête de troupiers musulmans pour que, premiers °
défenseurs légitimes de leurs sujets, il leur eüt été possible de les
qu iq approcher un moment et de s’inquiéter tant soit peu de leur état? ‘,
A-t­on vu un des deux souverains de l‘Afrique du Nord passer Y·§
en revue un élément quelconque de soldats indigènes, si ce n’est qu’à
[Ei;). l`occasion de prises d`armes en l’honneur de grands personnages offi­
V ciels français, on les convoque à la tribune ou, en mannequins im- r
f g muables, ils assistent aux déiilés des troupes qui semblent leur dire _
i dans le langage des dominateurs: << La France est forte, elle a beau-
H coup de canons et beaucoup de mitrailleuses pour assurer la soumis­
pp, ` sion complete des musulmans et pour asseoirla sécurité des colons pion-
niers de la civilisation >>. ïï
Ailleurs, Je demande a ce Tordjman de la Réplique, s`il a eu
à vraïment la naïveté de nous apprendre ce que c'est qu’un boursoufiage ,;,
de louanges, du genre de celles qu`il a longuement étalées dans son Qi
opuscule P
Les musulmans suivent sans doute avec attention les événements
L S f
if