HomeLes soldats musulmans au service de la FrancePagina 14

JPEG (Deze pagina), 0.96 MB

TIFF (Deze pagina), 7.84 MB

PDF (Volledig document), 69.89 MB

K! .
rif Katrandji ··­~ d’cnfouir eadavres et actions indigenes dans les
memes trous d’ingratitude. · ·
1** A Bailly (front de France), en octobre 1914, le com- f
mandant Retz du BC Tirailleurs ayant ete tue dans une contre- _
attaque allemande, son corps a du être abandonne pendant f ‘
3 _jours au bord d’un fosse situe St 20 nietres des tranchees
allemandes. Des tranchees françaises, eloignees a peu pres 1
de 200 metres de l’endroit ou etait etendu le cadavre de
4;* Vofücier, des camarades de « promo» de Retz e- dont le ·
eadavre deineurait toujours visible -- jelaient des regards
, larmoyants, mais personne ne saventura dans une action si ,
perilleuse pour ramener ce corps. Affecte par ce spectacle 0
qu`attristait encore la presence d’un membre de la famille _
de Vofficier tue, je m`offris volontairement a cette besogne `
et, accompagne de quelques « lasl<ars» de mon choix, je
jf l reussis, en plein jour, a faire rentrer le cadavre qui- por- `
l tait encore une sacoche renfermant d’importants papiers de
service et une stomme d’argent auxquels les Allemands -
reputes alors si «cliapardeurs>> - n’avai·ent pas même
touche. ` I
Tij? 2° Le 31 octobre 1014, a Bailly aussi, on me confia la
mission ­- une fois n’est pas coutume! - cfattaqtuer un '
element de tranchees allemandes et de m’emparer de quel- · l
ques maisonnettes situees au nord du village de Bailly, alors
Ei occupees par des postes avances allemands, et qui devenaient i
,`_i des lieux suspects oir se tramaient quelques evoups de mine ·
ou d’attaque de surprise nocturne. Appuye par le tirï sur f
place des frartions de tianc, j’ai du entamer mon action a
travers res difficultes qui n’ont aucun secret aujourd’hui
äj , dans l`art des fils barbeles que l’on dresse a cote de quelques
« pasteques » noiratres a ceuix qui viennent roder dans les ,
terrains disputes. lies maisonnettes furent prises;. mais le A
peloton qui fut mis et ma disposition dut y laisser la moitie
de son effectif hors de combat. Nous parvimes même afai.re‘ I P
un gain de 150 metres de terrain en deca de Vobjectif assigne `
mais le commandement, pour des raisons qu-e j·’ignore, 4

T!
·,,·· te iiiif