HomeDeutschland schuldig?Pagina 58

JPEG (Deze pagina), 974.76 KB

TIFF (Deze pagina), 6.32 MB

PDF (Volledig document), 222.91 MB

lllêïllè ·l r
liï‘ïl@lY
,4; .
p Lnnexe II.
|‘» ¤i·;r·
lqïläl
llgälll l
RêS6l‘V8S ’ï0l‘mu‘lé®s par la Délégalëion axuéricaine.
»`J·$ll¢ '
Y (Traductionj
[ 4 avril 1919.
[ ~ Les Délégues américains a la Commission des Responsabilités,
Q ;j‘ ·;;Q§€; _ en présentant les reserves qu’ils font au rapport de la Commission,
ü lil déclarent qu’ils désirent aussi ardemment que les autres membres
,, 1 de la Commission que ceux qui sont responsables des causes de
` la grande guerre. aussi bien que ceux qui le sont des violations
E 1rlf·êïQäl­ des lois et coutumes de la guerre, soient punis pour leurs crimes
moraux et légaux. Les divergences de vues qui se sont produites
gqgi entre, eux et leurs eollegures portent'si1r·les moyens d’accompl1r·
, ce desir commun. lies Delegues americams soumettent, en con-
;;i;¥i;§§,q*, sequence, a la Conference des Prelimmaires de Pa1x, dans ce
ligëqgiglli mémoire, d’une part les raisons de leur dlivergence d’op1n1on avec
iïïä §l?•.’§§;ïll ‘ le rapport de la Commission et sur certams des articles proposes
ïïiïlêï (ADIIGXG IV) pour être insérés dans les Préliminaires de Paix, et
§4'Tl§` C d’autre part, les propositions sur la marche à suivre qui, d’après
{ l GHX, devraient être adoptées l’égard des sujets sur lesquels la
gfj jl;. Commission des ltesponsabilités avait été chargée d’établir un rapport.
§;§§/äjiï Avant de commencer Pexamen des points contestés et celui
E{.ï_ïi§§ï`ï · des divergences d’opinion inconciliables qui se sont développées et
C 4 qui rendent nócessaire cc rapport de reserves, nous désirons
I exprimer notre haute appréciation de 1’esprit conciliant et circon-
*· il spect dont nos collègues on fait preuve au cours des nombreuses
· et longues séances de la Commission. Dès la première de ces
gig id séances, le 3 février 1919, ehacun s’est montré vivement désireux
· Q1 d’acc0mmoder les différends qui existaient, de trouver une formule
g ill ;ê;; E acceptable pour tous, et de fournir, si possible, un rapport unanime.
H Si ce but ne fut pas attaint. ce ne fut pas faute d’efforts de la
E part d’aucun des membres de la Commission. Il ne le fut pas
._ r paräe que, faprèï, qu’on eut essayé de tous les moyens d,ElCCOIäl-
ïi',g9qgl· mo ement ranciement et ouvertement, on ne put trouver e
moyen pratique de s’entendre sans faire_ l’abandon de principes
i§§§ {lg fondamentaux. Les Représentants des Etats­Unis ne purent le
,3, faire: ils ne pouvaient pas davantage demander à d’autres de la
¤ ill faire.
iv ~,§‘ ICQ Au cours des premières réunions de la Commission et des
,‘ _ trois Sous-Commissions désignées pour étudier les diverses aspects
du sujet soumis à la Commission, les Délégues américains ont
{+2 déclaré qu’il y avait deux categories de responsabilités, celles
ff d’une nature légale et celles d’une nature morale, que les in~
ll .2
ig Uil .
ra ëleëï al
alé; ïlïïlëï i
äiï; 'l<ilï”: i
iëlïi ïljlilïïlrl .
EH E 4 ,__, Y .' ., ,.0-,,., .`_,7,,{gaaZ·m­­­l·­T~§èës$­·»-·ï«r«»·«é»==~·£~«~«é¥r­9=»1»·=«=··:¤~«»%reeaw'