HomeDeutschland schuldig?Pagina 32

JPEG (Deze pagina), 0.96 MB

TIFF (Deze pagina), 6.25 MB

PDF (Volledig document), 222.91 MB

lm;
3
ij ­ 20 -
ri au delà de la frontière franç~aise." Or, à cette date, il s’en fallait ë
P de deux jours que la guerre füt deelaree, et comme l’ordre de j
jg mobilisation allemande est de ce même 1*** aoüt, il en resulte que,
e en fait, l’armee allemande avait été mobilisee et concentrée en
vertu d’ordres anterieurs. _, .
{Q Les dispositions de l’Entente demeurent encore, jusqu’à. la iin, 2
lt, si conciliantes que, dans le moment ou la flotte allemande bom-
barde Libau, Nicolas II donne sa parole d’honneur à Guillaume II
gva que la Russie n’entreprenda aucun acte aggressif tant que dureront
, les pourparlers 1), et qu’alors que les troupes allemandes c0mmen­
cent leur marche au delàde la frontière françaiçe, M. Viviani tele- .
].§ graphie à tous les ambassadeurs de France: «Nous ne devons pas ,§,
Q; . cesser de travailler a un arrangement.» _
fi Le 3 aoüt, M. de Schoen se rend au quay d’Orsay porteur de
jy la déclaration de guerre à la France. Faute de griefs, il allègue.
gg le jet de bombes par des avions français dans differentes regions
je de l’Allemagne. Cette allegation était totalement fausse. Au sur- .
plus, ou bien les Allemands eux-mêmes l’0nt reconnu (Declaration
ik {zi de la Municipalite de Nuremberg en date du 3 avril 1916), ou bien
’l ils n’ont apporte aucune precision à l’appui de leurs affirmations. ;
lg Pour rester, manifestement, à l’abri de tout reproche, la France ë
if avait pris sein, par une decision du 30 juillet 1914, de retirer ses ,
ie troupes à 10 kilomètres de la frontière allemande, et malgré cette _
A mesure de prudenee, de nombreuses violations du territoire francais, i
offieiellement etabliesg) precedèrent de la declaration de guerre. C
[gl La provocation était si flagrante que 1’Italie, membre de la if
E Triple­Alliance, n’hesitait pas à déclarer, qu’en raison du earactère Q
. agressif de la guerre, le casus foederis ne jouerait pasg). ï
;" B. Tuïquie ct Bztlgawjc. -­ Le conflit, cependant, devait j
. s’elargir, et l’Allemagne et l’Autriche compter des Allies. ,‘
Depuis les guerres balkaniques, le Gouvernement jeune-turc
‘g s’etait de plus en plus rapproche de l’Allemagne; de son cête, 2;
‘) Telégramme de Nicolas ll a Guillaume ll. Livre Jaune, Annexe V, 110 6.
i ' 2) Livre Jaune n¤S 106, 136, 139, etc.
jg) , a) Des patrouilles de forces diverses ont franchi la frontière française sur
J, quinze points: une dès le 30 juillet à Xures; buit, le 2 aoütg les
§§ autres, le 3 aoüt, avant la declaration de guerre. T;
·2‘ ll y a. eu parmi les troupes françaises un tue, et plusieurs blessés. Qi
al L’ennemi laissa sur le territoire français 4 tues dont un officier, et ,;`
7 prisonniers.
· b) A Suarce, le 2 aoüt, l’ennemi vient enlever 9 habitants, 25 chevaux
1: et 13 voitures. 2
c) Quatre incursions de dirigeables allemands au­dessus du territoire
français ont ete signalees entre le 25 juillet et le 18r aoüt. ; .
d) Enfin des avions allemands ont survolé Luneville le 3 aoüt, avant ..;
` la declarntion de guerre y etant 6 bombes (Rapport des autorités F?
,f localcs). 5
* . 3) Livre Jaune no 121.
·· ï«

QT Ji e s ._,_ _ . , ..... Q- 1_...,-.n,,,...,,.. ._,,.. 1- .,.. W.......__L.L1 " »